Samedi 23 mars 2013 à 14h00

au Palace avenue V. Hugo à Sète – entrée gratuite

14 H 00 – Accueil des participants, visite du hall d’exposition.

14 H 30 – Allocution de bienvenue, hommage aux anciens présidents, présentation de l’ouvrage : SÈTE, au travers de son histoire portuaire (éditions Flam.)

14 H 40 – Bernard Peschot : « Le comte Luigi Fernandino de Marsigli à la découverte de l’océanographie du golfe du Lion entre Sète et Maguelonne, au début du XVIIIème siècle».
Le comte Luigi Fernandino de Marsigli (1658-1730), né à Bologne, sut conjuguer sa passion pour les sciences, qu’il avait étudiées notamment, sous Borelli et Malpighi, et la carrière militaire qu’il avait entreprise au service de la Maison d’Autriche, dans les Balkans. Disgracié par l’Empereur, après le siège de Brisach en 1703, il put se consacrer entièrement aux sciences. Arrivé à Montpellier en 1706, il explora par sondages sous-marins le golfe de Lion entre Sète et Maguelone et devint ainsi avec l’aide des pêcheurs locaux le pionnier de l’océanographie. Sa carte des fonds marins est ainsi la première à indiquer les niveaux de profondeur et la limite entre le plateau continental et les «abymes».

15 H 15 – Louis Segondy : « Mgr. Stanislas Jarlin. »
Mgr. Jarlin né à Sète en 1856, mort à Pékin en 1933, est évêque de cette ville de 1900 à 1932. Ancien fondé de pouvoir d’une maison de chaux sétoise. Devenu lazariste, il va organiser la défense du Pé-Tang, légation catholique de Pékin, face aux Boxers, durant 65 jours. Responsable du vicariat apostolique, il donne à cette église un grand dynamisme et laisse un bilan flatteur. Il est une de ces personnalités sétoises dont on ne peut ignorer l’existence.

15 H 45 – Pause, visite du Hall d’exposition, présentation des ouvrages

16 H 15 – Jean-Claude Martin : « Sète: industrie et commerce des vins et eaux-de-vie aux XVIIIe-XIXe siècles. »
Dès le XVIIIe siècle, Sète participe à l’expansion de la viticulture languedocienne, assurant les exportations des multiples produits de la vigne. L’efficacité de ses structures commerciales repose sur un armement maritime internationalisé et sur une intégration dans d’étroits réseaux européens. Les exportations d’eau-de-vie expriment la spécialisation languedocienne jusqu’au milieu du XIXe siècle, avec une gestion innovante de la qualité, depuis la distillation jusqu’au système de contrôle de la qualité. Les vins de crus construisent alors leur notoriété. La destruction du vignoble par le phylloxéra favorise une dynamique d’importation liée au développement du trafic ferroviaire, et fragilise le rôle moteur de Sète au sein de l’économie viticole méridionale.

17 H 00 – Gustave Brugidou : « De Cette à Sète : une promenade historique dans la ville. »
Au travers d’une projection de photographies des deux derniers siècles, découvrons les modifications de l’architecture et de l’urbanisme de la ville : une évolution inévitable, liée à la modernisation, mais aussi aux aléas de l’histoire. La maison de la santé, la maison des pilotes, le stand, les quais, des quartiers à l’aspect modifié, des ponts, des moyens de transport en témoignent mais aussi nombre de façades qui se réfléchissent toujours dans le miroir des canaux…, présentation rendue possible avec le concours de la section photographique de l’Union Artistique et Intellectuelle des Cheminots Français de Sète.

17 H 30 – Échanges.

18 H 00 – Verre de l’amitié dans le hall.